Reportages / Carnet de Vendanges Octobre 2018

Carnet de Vendanges Octobre 2018

Impressions sur les vendanges 2018 avec Bernard Sirot, Stéphane Toutoundji, Pascal Hénot, Pascal Fricard, Sylvie Pérez, Pascal Sirat. Photos JB Nadeau.

 

 

Bernard Sirot, le 24 octobre  : « Quelle année ! »
Après les risques de gel et un printemps ultra pourri qui a fait penser dans de nombreuses propriétés à la catastrophe, l’été a sauvé le millésime à Bordeaux… Du moins chez ceux qui ont pu réagir dans l’urgence pour combattre les maladies de la vigne suite à l’abondance des chutes d’eau notamment en mai et juin. Fallait-il encore pouvoir éviter la grêle et pouvoir traiter dans de bonnes conditions. Pendant que les Bleus gagnaient la finale de la Coupe du Monde de football, un orage s’abattait brutalement sur une partie de la commune de Sauternes et de Fargues notamment mais aussi sur Bourg et le Blayais.

Ensuite la chaleur l’emporta sur tout le vignoble sans discontinuer jusqu’à ce prochain week-end de fin octobre. Inquiétant pour certains, euphorisant pour d’autres, le temps sec et chaud a largement contribué à aider les bons vignerons sur le vignoble de Bordeaux. Aujourd’hui ont peut revoir les volumes de production à la hausse et le bilan qualitatif est annoncé exceptionnel… En blanc sec bien entendu, pour tous les cépages rouges de Bordeaux et pour terminer avec des sémillons dorés d’anthologie en liquoreux, du moins pour ceux qui ont pu combattre le mildiou… Arrivé en Juin, il a détruit de nombreuses parcelles dans l’ensemble du vignoble bordelais… Mis en difficulté toute la saison, nombre de vignerons en bio ont préféré renoncé au label cette année. Pour les autres, l’année coutera cher au moment des décomptes de produits phytosanitaires utilisés en 2018… Probablement un record…

 

Stéphane Toutoundji, Oenoteam : « le millésime de toutes les attentions » le 25 octobre.

Le millésime 2018 commence à se déguster dans les chais, c’est un grand bonheur après les nombreuses difficultés rencontrées dans la vigne : le fruit est magnifique, les couleurs éclatantes. Par contre cette nouvelle étape se révèle aussi extrêmement technique et nécessite toute l’attention de l’œnologue pour en tirer toute la quintessence. La macération et surtout la date d’écoulage (séparation du marc et du jus) doivent être gérées avec une parfaite précision afin d’optimiser la qualité des tanins. 2018 est un donc une année où jusqu’au bout l’accompagnement aura été essentiel. Rendez-vous pour la prochaine grande étape, la dégustation des vins primeurs…
Lire l’article original

 

Pascal Hénot, Oenologue au Centre Oenologique de Coutras : « le millésime idéal » le 24 octobre.
Je me régale tous les jours en ce moment lors des dégustations, surtout de vins rouge en cette période, cela ressemble au millésime idéal. La stabilité météo nous a permis de vendanger exactement quand on a voulu, avec chaque parcelle à l’optimum de la maturité choisie. La matière s’est avérée généreuse, donnant facilement de la couleur, des arômes, de la structure et du gras. Nous avons pu faire nos extractions tout en douceur. Si le millésime fut très compliqué à la vigne il s’avère simple à comprendre au chai. Avec certains moments critiques et techniques bien sur comme les fins de fermentation, mais facile dans le sens où l’évolution de la maturité est facile à comprendre, et les extractions faciles à conduire. Au final on obtient des vins qui seront excellents, faciles à boire, tout en rondeur et en fondu grâce à la maturité des tanins. C’est à mon avis un millésime révé pour le viticulteur, l’oenologue et demain le consommateur.
Enosens Coutras

 

 

Rive Gauche

 

Pascal Fricard, Château Tour Saint Fort, AOC Saint-Estèphe, le 24 octobre  : « des vins expressifs, plein de fruits et de couleur »
L’année 2018 a débuté (comme la fin d’année) par un mois de janvier très pluvieux. Le débourrement est survenu dans la première quinzaine d’avril. Les températures durant le printemps 2018 sont au-dessus des normales de saison de 2°C mais l’ensoleillement est resté déficitaire. En revanche, les pluies continuent de tomber régulièrement. Ceci provoque une forte pression des maladies de la vigne et notamment du mildiou. La bonne gestion des fenêtres météorologiques, nous a permis d’y faire face.  La floraison s’est déroulée sous un temps humide début du mois de Juin, ce qui n’a pas pour autant affecté son bon déroulement, même si nous avons pu constater une légère hétérogénéité de celle-ci.

A partir de la mi-juillet, l’ensoleillement et les températures remontent. La météo a laissé place à une (très) longue période d’ensoleillement et une pluviométrie très faible comparativement aux années précédentes. Notre terroir calcaire a permis aux vignes de bien résister au stress hydrique. Le mois de Septembre a été particulièrement sec, et nous a permis d’attendre le 1er octobre pour débuter les vendanges des Merlots. Les conditions météo étant toujours favorable, nous avons terminé de récolter nos derniers cabernet-sauvignon le 10 octobre. Le millésime présente à ce jour des vins expressifs, plein de fruits et de couleur. Les mois qui vont suivre vont nous permettre de les structurer. Le 2018 sera pour Château Tour Saint-Fort, le millésime qui permettra de confirmer son évolution qualitative depuis le millésime 2015.
Château Tour Saint Fort

 

 

Rive droite

 

Sylvie Pérez, Château Richelieu, AOC Fronsac, le 22 octobre : « Un millésime haut en couleur ! »
Après un hiver doux et une très forte pression mildiou au printemps, nous avons redoublé d’effort afin de protéger le vignoble et la récolte abondante. Certaines parcelles de merlot ont été plus sensibles à la maladie, tandis que nos cabernets sauvignon et franc ainsi que nos malbecs ont profité des conditions climatiques exceptionnelles pour atteindre une maturité optimale. Nous avons ramassé nos premiers merlots autour du 18 septembre et nos derniers cabernets début octobre avec des caractères aromatiques et polyphénoliques de grande qualité. Les premières dégustations de moût révèlent un fruit d’une grande concentration induite par la chaleur du mois de septembre qui a favorisé la concentration des jus. La sucrosité aromatique est accompagnée d’une belle fraîcheur grâce à des acidités qui restent bien marquées malgré les fortes chaleurs. Les vendanges se déroulent dans un climat serein grâce à une météo clémente. Au fur et à mesure des remontages, le vin en devenir révèle une couleur surprenante et une matière tannique extraite en douceur. Nous sommes sur la voie d’un millésime mémorable..
Château Richelieu

 

Pascal Sirat, Château Panchille, AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur, le 23 octobre : « un millésime qui marquera l’histoire de notre famille »
Tout d’abord c’est une vendange réalisée dans de magnifiques conditions, une récolte qualitative, ma quarantième ! Notre vin blanc « Le blanc de Fernand » s’annonce très bien, il a fini sa fermentation, et commence son élevage sur lies. Notre vin rouge est lui aussi sur de belles bases, fruité avec de beaux tannins. La famille toute entière qui est heureuse de préparer un beau millésime 2018 !
Château Panchille

 

 

Les premières impressions sur le millésime 2018 avec le Carnet de vendanges de Septembre 2018

 

 

Photos JB Nadeau pour l’Agence Fleurie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Echos de Bordeaux

NEWSLETTER PRO MENSUELLE - FILIÈRE VIN

inscrivez-vous

Newsletter Prof

Web & Vin

Web et Vin

Conseil en stratégie digitale. Formation et accompagnement.

Création Graphique

Création Graphique

Logos, Webdesign.
Charte graphique digitale.

Édition & Tourisme

Edition et Tourisme

Création, diffusion & promotion.
Newsletters & réseaux sociaux.
Expertise filière Vin.

Vidéo

Video

Création de contenu.
Textes, Photos, Vidéos.

Informatique

Informatique

Développement personnalisé.
Hébergement sécurisé.
Réseaux Intranets. Expert juridique.